Une araignée au plafond

En pénétrant dans ma salle de bain cette nuit, j’ai fait une terrible découverte. Légèrement repliée sur elle-même, effrayée par la lueur de ma bougie, une énorme araignée, fine et longue comme une faucheuse, se tenait entre moi et mes cabinets. On s’est regardé un long moment en silence, tout aussi interdite l’une que l’autre, se demandant s’il allait falloir s’entretuer ou pas. Alors que j’étudiais mes différentes possibilités de défense, m’est revenu en mémoire le discours que je tenais la veille à mon amie Meryem à propos de sa peur panique des inoffensives araignées ayant élu domicile dans la chambre.

 » — Il ne faut pas avoir peur Meryem, elles ne te feront rien les araignées.
— Oui mais j’y peux rien, j’ai peur. Qu’est ce que je fais si elles me sautent dessus pendant la nuit?
— Écoutes moi jeune scarabée. Vois-tu, à ton âge, moi aussi j’avais peur des arachnides. Mais avec ma volonté d’acier, j’ai compris cette phobie, je l’ai acceptée, et je l’ai vaincue. Je vis maintenant en harmonie avec elles. Tu devrais faire de même, d’autant que les araignées sont utiles dans les maisons. Et si je retrouve une seule d’entre elles écrasée sur un mur, je fais pareil avec ta tête. Maintenant vas dormir. »

J’ai regardé l’araignée immobile sur le mur de ma salle de bain, j’ai reposé ma pantoufle et je me suis assise sur mon yacht sans la lâcher du regard.

Il faut quand même préciser que la bestiole en question n’avait pas grand chose à voir avec les araignées de Meryem, qui sont les spécimens les plus répandus dans les maisons, j’ai nommée la Pholcus Phalangioide. L’impressionnant spécimen qui a bien faillit me faire défaillir était quand à lui une Tegenaria (comme sur la photo) et avait réussi, malgré ma surveillance constante, à disparaître quand je me suis relevée de mes toilettes. Vous feriez pas les malins vous non plus.
En sortant de la salle de bain j’ai jeté un coup d’oeil sur Meryem qui dormait paisiblement, sans se douter de la présence du petit monstre qui partageait son espace. Pour ma part, je regagnais mes quartiers en hauteur, elles se débrouilleraient sans moi.

Dans mon lit je revoyais l’image affreuse de cette araignée en me disant que j’étais quand même ravie de ne pas compter parmi les proies potentielles de sa classe. Je n’aime pas trop l’idée de me faire choper par un truc avec une tronche pareille, qui doit me dissoudre vivante pour pouvoir littéralement me sucer la moelle tranquillement. Erk !
Bon, après, je me suis dit que nous n’avions de notre côté pas beaucoup de chance non plus. Les humains sont sans doute moins repoussants mais ils excellent finalement dans l’art de la mort lente et douloureuse. Tiens, rien que d’y penser, ça me rend les araignées moins effrayantes, je dirais même : plus sympathiques…

Toujours est-il que je me suis bien réveillée ce matin (premier constat) et qu’aucun des membres de mon corps ne manquait ou n’avait été mutilé à mon insu. La tronche enfarinée, je me lève paresseusement en me grattant la fesse et en baillant bruyamment. J’approche de ma cuisine pour me faire un café et qu’est ce que je vois ? Deux fourmis qui crapahutent sur une bougie fondue. « Allons bon » je me dit, « qu’est ce qu’elle fabriquent ici ? » Je les mets dans l’évier en me disant : « Mieux vaut en buter deux que d’avoir à commettre un génocide sur toute la colonie. » Et là, effroi ! dans MON évier, devinez quoi ? Un scorpion !! Cré nom de non !!! Si ça continue je vais bientôt me retrouver avec une paire de chaque insecte, à la queue leu leu en attendant ma bénédiction. L’Arche de Chloé et ses gentils Arthropodes. Ça va pas la tête ?

Coïncidence ou pas, je commence à me demander si mon petit côté philanthrope ne me joue pas des tours… Il faudrait que je songe à dézinguer quelques insectes de temps à autre, comme au bon vieux temps, au lieu de toujours chercher à ne pas froisser mon karma (ça ne compte pas pour les mouches et les moustiques). On retrouverait peut-être enfin un peu de tranquillité dans cette maison !

3 Réponses to “Une araignée au plafond”

  1. Nanou octobre 5, 2011 à 3:52 #

    M’est quand même avis qu’effectivement tu as une araignée au plafond !!!!
    Pour ce qui est du scorpion , j’suis d’accord : c’est mieux de les zigouiller avant de se faire piquer .
    Ici c’est le paradis : des grenouilles , des lézards , des crapauds
    qui vocalisent le soir , des coccinelles et quelques bourdons velus qui butinent rapido presto avant la mauvaise saison
    Plein de bisous madame Clown

  2. Tonio octobre 5, 2011 à 6:02 #

    Mmh, écraser un scorpion ? Ça va pas la tête ! Ce sont de très gentilles bestioles honteusement décriées. Au fond, ils ont un coeur d’or et ne feraient pas de mal à une mouche, eux !

  3. Garence novembre 23, 2011 à 1:43 #

    De toute façon, il y a des bestioles qui sont adorées de tout le monde alors qu’elles sont de véritables et fourbes machines organique réglées pour assouvir des pulsions de meurtres…
    Elles sont chaque jour allongées dans vos draps, canapés, penderies, jardins…
    En plus d’être pourvues de toutes les capacités physiques pour réussi à coup sûr un assassinât parfait, d’une précision chirurgicale, en plus de considérer la chasse aux choses comme une sortie ludique et dégourdissante,
    elles possèdent l’apparence hypocrite de quelque chose qui fait briller les yeux des humains de tout âge, ce qui nous trompe sur leur véritable nature, qui nous fait dire « hooooo » dès qu’elles bougent ou baillent… Voilà le piège.
    Elles sont comme une hideuse idée dans un beau manteau de gentillesse…
    Car si vous faisiez la taille d’un oiseau je peux être sûre que seulement leur ombre suffirait à vous faire apprendre de manière innée la définition de l’angoisse (oui oui oui).
    Ces machines paramétrées pour pouvoir accepter n’importe quel contrat de tueur à gage,
    configurées pour pouvoir remporter une lutte même contre la gravité, pour avoir réussi à nous faire croire qu’en plus il faut en venir à bout neuf fois…
    j’ai nommé le CHAT !!
    Deux fois moins de pattes que l’arachnide, quatre fois moins d’yeux, vingt fois plus mignon, de moelleux coussinets cachant dix-huit couteaux,
    de jolies moustaches pour le double de poignards,
    un air adorable jusque dans les sanguinaires calculs de trajectoire qu’il opère pour
    anticiper le passage d’un oiseau…
    voilà comment le plus grand assassin s’habille. Il a conquis l’humain :
    Même un allergique aux poils de chat a un chat chez lui !
    Pour ce qui est du karma, il s’est mit les Égyptiens dans la poche pour se faire un peu diviniser, la civilisation Indus pour ramasser des vies supplémentaires,
    et Shiva pour lui donner la Félicité… Hop.
    Ainsi, beaucoup de « malus-karma » si tu le méprises… (sachant qu’en plus il faut homicider neuf fois…)😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :