Vienne

Après notre nuit à l’hôtel sans nom, nous sommes reparti à la recherche de notre habituelle station essence.

Le dernier tramway nous a posé au départ d’une route très fréquentée qu’il nous a fallut longer avant d’apercevoir un grillage dans lequel il y avait un trou au travers duquel nous devions passer pour atteindre la dite station… Hitchwiki c’est très précis.

Arrivé là, nous avons poireauté quatre heures avant qu’un type daigne nous faire monter dans sa voiture et encore, il a fallu négocier parce qu’au début il voulait qu’on le paye, y’en a qui ne perdent pas le nord. Au moins il allait jusqu’à Vienne.

Après nous être légèrement perdu dans la ville, nous nous sommes décidé à entrer dans le Safari Café (un bouge immonde avec des machines à sous et des types qui te matent en coin) pour attendre Vincencz. Notre hôte était un kosovar de 31ans refugié en Autriche avec ses parents pendant la guerre, jeune cultivé, dynamique et bon vivant. Il nous a chaleureusement accueillit et, pour nous remettre de nos émotions, nous a emmené manger dans un petit restaurant pakistanais que je vous aurais vivement recommandé si seulement je m’étais souvenu du nom. Bonne bouffe, self service à volonté, ambiance conviviale et prix libre, que demande le peuple. Il nous a ensuite entrainé dans quelques bars de sa connaissance, en nous expliquant au passage tout ce qu’il savait sur la ville et les monuments que nous croisions, et on peut dire qu’il en savait un rayon. Nous avons bu une biere dans un bar techno branchouille en compagnie d’un Neo Zelandais (je confirme pour ceux qui se le demandaient l’accent neo zelandais est une horreur en matière de compréhension), nous avons eu une longue discussion à propos du peuple gitans et de leur malheureuse histoire avec l’Europe, puis il nous a conduit dans un autre bar branché, ancien bordel laissé en état mises à part quelques retouches par ci par là pour cacher le plus sordide et ne laisser que le pimpan. Très joli bar soit dit en passant qui aurait mérité d’être découvert avec un poil moins de monde…

Le lendemain nous avons débuté notre visite par la rue qui abrite le superbe immeuble de l’artiste Friedensreich Hundertwasser et de l’architecte Joseph Krawina, immeuble m’a rappelé ce passage de Barjavel à propos des habitations humaines et des lignes droites. Cette maison, mix entre du Gaodi et un style Barbapapa, faisait du bien à regarder. Malheureusement pour les habitants, il ne doit pas être facile tous les jours de vivre dans une oeuvre d’art…

Pas de bol ce jour là nous avons été rattrapé par la pluie (que nous evitions soigneusement depuis notre départ il faut le dire), notre visite de Vienne n’a donc pas été des plus agréables. Après avoir érré une ou deux heures dans le quartier juif nous nous sommes retrouvé dans une zone ultra touristique avec des tas de monuments, de touristes et d’attrapes touristes, ce qui m’a pas mal agacé, y a-t-il besoin de le dire… J’aurais souhaiter éviter cette imersion mais notre hôte, qui nous a rejoint plus tard, avait décidé de nous servir de guide dans toute cette section. Ainsi, pendant que Vincent et lui se prenait le chou à propos de juif eet d’humour, il se tournait de temps à autre vers moi pour me presenter tel palais, tel parlement, comme si j’étais la seule personne que cela pouvait interesser… le comble.

Après deux heures de ce petit tour, Vincencz nous a emmené à une soirée organisée par des amis à lui, genre repas canadien (chacun amène quelque chose). Nous avons eu droit à des projections en tout genre, un superbe repas et des discussions fatiguantes.

Le lendemain matin, nous repartions sur la route pour Budapest.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :