Nis

Nous ne le dirons jamais assez pour en agacer certains suffisamment, mais nous avons vraiment le cul bordé de nouilles. Pour aller de Belgrade à Nis nous n’avons même pas eu besoin de faire de stop : Bojan, notre hôte suivant, était en ville pour un entretien d’embauche et nous a embarqués pour le chemin du retour…

…si.

Avec Bojan, le séjour fut sportif, entrecoupé cependant de quelques cuites et de découvertes culinaires intéressantes.

Notre premier jour a été d’une mollesse impeccable mais dès le lendemain nous nous faisions embarquer pour une excursion de remise en forme. Nous avons crapahuté sur des petits chemins parfois abrupts, croisant au passage de très vieux villages, un meneur de chèvres très bavard, et nous avons même surpris un petit vieux qui prenait son bain dans une source d’eau chaude.

Après notre ascension, Bojan nous a emmenés manger dans un bled paumé où se trouvait un restaurant rustique qui faisait des petits plats à s’en lécher les babines. En Serbie beaucoup de gens cultivent encore leurs propres fruits et légumes il n’est donc pas rare de pouvoir déguster de délicieuses salades, par exemple, où du rakija (liqueur des Balkans) fait maison. Au début je faisais la moue devant les tomates, en plein mois de novembre faut pas déconner, j’ai bien fait de céder j’aurais loupé quelque chose !

Le troisième jour, après un réveil difficile dû aux souvenirs de la soirée de la veille, nous nous sommes mis en route à la recherche des meilleurs pjleskavicias de la région. Nous avons eu l’occasion au passage de goûter les plus mauvais böreks de toute mon existence, du moins je le souhaite. Quand aux fameux pjleskavicias tant vantés, le « restaurant » était malheureusement fermé.

La ville de Nis dans tout ça ? Et bien, et bien, l’influence communiste se faisait drôlement remarquer, on ne peut pas dire que cette cité brillait par son architecture, il y avait bien un château, ce qu’il en restait en tout cas, nous avons vu du haut des remparts un petit marché couvert qui paraissait intéressant mais en réalité nous n’avons pas beaucoup visité la ville, Bojan lui-même ne nous ayant d’ailleurs jamais vraiment poussé à aller nous promener dans les rues.

Enfin voilà, notre séjour à Nis n’aura finalement pas été si sportif que ça, nous avons surtout passé beaucoup de temps à boire du rakija et à manger des choses grasses, bourratives mais délicieuses, et ce programme résume en fait plutôt bien notre passage en Serbie…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :