Bratislava

De Prague, nous sommes passés à Bratislava… nous avons été alpagué sur la route par un jeune gars complètement surexcité qui organisait des raves et fumait des pétards. Il nous a emmené un bout de chemin en parlant beaucoup et à toute allure, je me suis dit dans le fond, heureusement qu’il fume de l’herbe…

A Bratislava, nous étions attendu par Petra. Petra était une blondinette a couettes qui semblait avoir rate sa puberté et se rattrapait malheureusement a l’âge de vingt six ans… Tout y était, des boutons a l’appareil dentaire en passant par toute la panoplie des accessoires Hello Kitty et la nervosité marquant un cruel manque d’assurance. Mais bon, Petra était photographe de métier et vivait dans un bel appartement de princesse moderne, accueillant a l’insu de ses parents (avec lesquels elle ne vit plus depuis longtemps) des Couch Surfers chez elle. Je ne l’épargne pas c’est vrai, il faut dire que le courant n’est pas très bien passe entre elle et moi. Elle était quand même gentille.

Bratislava ce n’est pas aussi moche qu’on nous lavait promis. C’est vrai que dans l’ensemble ce n’est pas terrible terrible mais bon, il y a pire. La vieille ville est charmante, quoi que laissée un peu a l’abandon et nous avons vu quelques beaux bâtiments, dont un vieux bureau de poste qui devait dater de lavant guerre. Petra nous a fait visiter deux ou trois trucs que je jugerais sans intérêt (je lui en veux peut être de nous avoir fait grimper pendant une heure sur une colline pour admirer un monument aux morts a la con, en plus de trente autres minutes de marche sur une autre colline pour approcher un château très moche que nous n’avons même pas visite!). Les vues, cependant, valaient le coup d’oeil. C’est vrai que je me sentais mieux assise sur le bord dune fontaine, a prendre le soleil en regardant passer les touristes sur fond de musique italienne jouée par un homme orchestre, tandis qu’un vieux clodo miteux se roulait dans l’herbe près de nous en se demandant ce qu’il avait bien pu faire de son équilibre.

Enfin… nous avons passés notre dernière nuit dans un hostel complètement vide, accueillis très bizarrement par un bonhomme puant dune quarantaine d’années qui a fini par nous ouvrir alors que nous allions repartir. En entrant dans la cour, nous avons croise trois énormes lapins, qu’on aurait bien fait cuire a la place du vieux plat surgelé que nous nous sommes tape en regardant le zapping de Canal+. Il faut dire que nous ne suivons pas de très près l’actualité en France, mais le midi notre curiosité avait été éveillée en voyant des images des manifs aux infos de la TV locale.
Il s’en passe des choses en notre absence. Maintenant je comprend mieux ce que voulait dire Zazou en parlant de pénurie d’essence…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :