High Security

Si vous prenez l’avion de temps à autre, vous devez être au courant des mesures de sécurités de plus en plus drastiques qui sont prises dans les aéroports. Détecteurs de métaux, rayons X, scanners, j’en passe, tout un dispositif mis en place pour nous éviter de tomber nez à nez avec un forcené qui tenterait de détourner notre avion alors qu’on avait rendez vous ou de rencontrer le fameux monsieur Qaeda dont on nous rabâche les oreilles à longueur de temps et qui semble faire peur à tout le monde.

Beaucoup ont râlés lors de l’apparition des scanners corporels, avant on râlait parce qu’on se permettait de temps à autre de nous tripoter dans une salle obscure et encore avant c’était parce qu’on nous obligeait à enlever notre ceinture pour passer les détecteurs de métaux.

Il y a peu un certain monsieur T. se présentait au contrôle douanier de l’aéroport de Genève. Le douanier, ayant aperçu une bouteille dans le sac de l’intéressé, lui demande ce qu’elle contient. Monsieur T. répond qu’il s’agit d’une bouteille d’eau, le douanier lui dit qu’il ne peut pas la garder avec lui pour passer du côté des embarquements. Monsieur T. dans son grand sens pratique décide de la vider avant de la jeter à la poubelle, ce que vous auriez fait vous aussi (si la bouteille n’est pas pleine à ras bord) à notre époque où l’eau devient une denrée rare évitons le gaspillage. Mais monsieur T. est arrêté dans son geste par le douanier qui lui annonce qu’il est interdit de boire au poste de douane, faudrait voir à pas déconner non plus, circulez y’a rien à voir. Et monsieur T. se voit obligé de jeter sa pauvre bouteille à la poubelle avant de passer du côté Duty Free où il pourra se consoler en achetant autant de bouteille d’eau qu’il voudra.
Pour que l’ordre du douanier reste crédible on se doute que chaque bouteille est soigneusement contrôlée avant de passer dans les magasins de l’aéroport, ouvertes, testées, refermées, de même pour toutes les bouteilles de shampoing, d’alcool, de parfum, etc, sinon nous ne serions pas à l’abri qu’un fanatique y mette une quelconque substance hautement explosive qui ne manquerait pas de faire sauter tout le duty free, ce qui serait dommage.

Voici à présent une petite expérience personnelle qui m’est arrivée aujourd’hui même alors que je raccompagnais ma chère maman à l’aéroport. A Istanbul un métro nous dépose aux portes du terminal et, avant de pénétrer dans l’enceinte de l’aéroport un contrôle policier nous attend, voyageurs et accompagnateurs confondus. Le contrôle peut être considéré de nos jours comme basique, ne consistant qu’en un simple détecteur de métaux et un rayon X pour les sacs. J’en viens à mon histoire.
Il y a quelques semaines, je découvrais l’aéroport pour la première fois et n’avait donc pas anticipé le contrôle policier. En conséquence j’avais toujours sur moi mon couteau suisse et ma bombe lacrymo, c’est donc un peu stressée que je passais à mon tour. Je fut vite soulagée en constatant que, s’ils avaient remarqués la minuscule bombe de la jeune femme derrière moi, la mienne et mon couteau étaient passés inaperçus.
Plus tard dans la semaine je revenais à l’aéroport pour chercher monsieur T. qui nous rendait une petite visite. J’avais pris cette fois ci la précaution d’enlever la bombe lacrymo de mon sac mais je n’avais pas pensé au couteau. Une nouvelle fois cependant celui-ci passait sans encombre le contrôle policier.
C’est aujourd’hui que la chance a tournée. Alors que je passais avec la force de l’habitude le détecteur de métaux, une bonne femme aimable comme une porte de prison me demande de sortir le couteau qui se trouve dans mon sac. Surprise je m’exécute et lui tend l’objet, elle me le confisque aussitôt, je proteste, et pendant ce temps là Vincent récupère tranquillement un exemplaire identique dans la caisse qui contient ses affaires. Comme j’insiste, un autre policier se lève de devant son écran de contrôle et m’explique que je ne peux pas entrer dans le terminal avec ça dans mon sac mais que je peux le garder dans les bagages qui iront en soute. Je lui explique que je ne voyage pas et que je ne fais qu’accompagner ma tendre mère, il me dit alors qu’il doit garder le couteau et que je le récupèrerais en partant. J’accepte le deal mais dans ma tête les questions se bousculent. Comment ce type peut m’expliquer sérieusement que je ne peux pas garder le couteau si j’accompagne quelqu’un mais que je peux passer le contrôle avec si je prend l’avion et que je met l’arme dans mon sac de soute! Comment diable compte-t-il s’y prendre pour vérifier ensuite que je ne vais pas le sortir dans l’aéroport pour égorger un troupeau d’hôtesses gloussantes? J’ai eu beaucoup de mal à garder ma contenance face à ce pauvre garçon pour ne pas lui expliquer en lui tapant l’épaule que ça fait une semaine que je rentre et sors de son aéroport avec le même couteau, que le grand roux à côté de moi à le même dans sa poche et que je suis même rentré il y a deux semaines avec une bombe lacrymo en plus et que j’envisageais de tenter ma chance la fois suivante avec une charge de C4.

Se moquerait-on de nous avec une soit-disant sécurité renforcée? Il y a je crois comme un soucis…

retour à Articles

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :