Archive | octobre, 2010

Budapest

29 Oct

 Notre arrivée à Budapest a malheureusement été ternie par un double problème : ma carte visa et celle de Vincent ont cessé de fonctionner en même temps. Impossible pour lui ou pour moi de tirer de l’argent ce qui vous l’avouerez est plutôt gênant. La panique ne nous a pas emportée car nous sommes deux aventuriers aguerris mais il nous fallait trouver une solution et vite à ce délicat soucis…

 Quelques heures plus tard, nous retrouvions Balazs, notre hôte.

lire la suite…

Vienne

27 Oct

Après notre nuit à l’hôtel sans nom, nous sommes reparti à la recherche de notre habituelle station essence.

Le dernier tramway nous a posé au départ d’une route très fréquentée qu’il nous a fallut longer avant d’apercevoir un grillage dans lequel il y avait un trou au travers duquel nous devions passer pour atteindre la dite station…  Hitchwiki c’est très précis.

Arrivé là, nous avons poireauté quatre heures avant qu’un type daigne nous faire monter dans sa voiture et encore, il a fallu négocier parce qu’au début il voulait qu’on le paye, y’en a qui ne perdent pas le nord. Au moins il allait jusqu’à Vienne.

 lire la suite…

Prague

24 Oct

Notre départ de Brno fut périlleux. Après avoir tourne trente minutes dans une station de bus, monte et descendu des tas de marches et attendu le mauvais bus, nous avons fini par arriver sur une petite route sans le moindre espace pour qu’une voiture puisse s’arrêter, au lieu de l’autoroute que nous espérions…

 Ce que je n’ai pas encore mentionne, c’est que nous utilisons depuis peu un site appelé Hitchwiki sur lequel d’autres auto-stoppeurs partagent leurs expériences, offrant ainsi de nombreuses informations sur ou aller se poster dans telle ville pour se rendre a telle autre.

 Nous étions donc a la recherche de la station service mentionnée par le site, croisant au passage un chat et ses boyaux sanguinolents. Mais la seule station service visible sur cette route minuscule était non seulement peu fréquentée, mais en plus postée de l’autre cote de la route. Moyennement pratique quand il s’agit de faire du stop…

lire la suite…

Bratislava

21 Oct

De Prague, nous sommes passe a Bratislava… nous avons été alpague sur la route par un jeune gars complètement surexcité qui organisait des raves et fumait des pétards. Il nous a emmené un bout de chemin en parlant beaucoup et à toute allure, je me suis dit dans le fond, heureusement qu’il fume de l’herbe…

 A Bratislava, nous étions attendu par Petra. Petra était une blondinette a couettes qui semblait avoir rate sa puberté et se rattrapait malheureusement a l’âge de vingt six ans…

lire la suite…

Brno, la ville de tous les excès

18 Oct

En République Tchèque c’est trop facile de faire du stop. A peine avions nous passé la frontière que les gens se battaient pour nous prendre dans leur voiture. J’exagère mais si peu.

 Arrivés à Brno, nous avons cherché un petit bar sympa pour poser nos fesses en attendant notre hôte. Il y avait sur le mur deux tableaux représentant des personnages endormis, la tête posée sur leurs bras croisés. J’aurais dû prendre une photo quand Vincent a fait le tableau vivant mais j’étais moi-même trop fatiguée pour y avoir pensé…

A 19h il a fallut trouver un moyen d’entrer en contact avec le couchsurfer mais la seule cabine que nous avons dégoté a magé notre unique couronne sans nous laisser la possibilité de passer un coup de téléphone. Heureusement, il y a toujours des solutions.

lire la suite…

Cracovie

14 Oct

Cracovie est une ville assez jolie et plutôt chaleureuse, si on peut dire les choses ainsi parce que la température a sévèrement chutée… Rien à voir avec Varsovie, la vieille ville est fort bien conservée et la plupart des bâtiments ont un certain cachet. Ce qui est marrant dans ces villes polonaises, c’est le contraste entre le faste de certaines choses et la ruine totale de certaines autres. Il n’est pas rare de trouver des monstres grands magasins où il faut au moins 20min pour le traverser, des parcs superbement entretenus, des belles rues, etc, et à côté de ça on voit circuler des bus et des trams tout pourris, qu’il faut parfois attraper au beau milieu de la route et de la circulation, engins préhistoriques dont le réseau électrique laisse vraiment à désirer.

lire la suite…

Varsovie-la-moche

12 Oct

Ah, la Pologne. S’il y a bien une chose que je retiendrais à propos de ce pays, c’est l’hospitalité des gens qui y vivent.

Après Poznan, où nous n’avons finalement pas fait grand chose, nous sommes allé quelques jours à Varsovie (Warszawa pour les intimes). On ne peut pas dire que notre départ fût une grande réussite car nous avons quand passé 4heures au même endroit à nous cailler les miches avant de réaliser que nous n’étions pas posté au bon endroit. Heureusement que notre bonne vieille étoile veille sur nous : traînant la patte et notre carton par terre, nous nous sommes mis en quête d’un endroit plus stratégique, nous imaginant déjà passer la nuit sur le terrain vague d’un Auchan, à 20min du centre de Poznan… rien de très glorieux. Mais parvenu à notre hauteur, un type s’est arrêté de lui même et nous à demandé où nous allions

lire la suite…

Poznan, ville rock’n’roll

6 Oct

Nous voilà arrivé en Pologne. Après être sorti de Berlin, ce qui nécessite à peu près 1heure de transport, nous avons levé le pouce sur le bord de la route en direction de la frontière. Un polonais s’est arrêté pour nous, qui ne parlait pas un mot d’anglais, pas plus de français, et deux trois mots en espagnol… Ils étaient deux dans la voiture. Au fur et à mesure de notre progression, tout autour de nous devenait de plus en plus sombre et délabré, seul régnait dans la voiture le polonais et une agressive radio allemande. Vincent et moi ressentions un sentiment angoissant d’insécurité, de doute, l’incertitude de l’incompréhension. J’avais dans la tête la peur de ce qui pourrait arriver, et si ces mecs nous voulaient du mal, si les choses tournaient vinaigre…

lire la suite…

Le langage

4 Oct

Le langage…

 C’est en voyageant et en parlant d’autres langues que la sienne qu’on peut réaliser l’étrangeté de cette invention.

Tant que l’on ne parle que sa langue maternelle il est quasiment impossible de s’en rendre compte. Mais si l’on commence à parler une autre langue, que l’on débute ou que l’on parvienne à un niveau plus avancé, il est fascinant de constater que nous sommes capable de nous faire comprendre et d’échanger avec des mots qui n’ont pas de sens pour nous, qui n’ont aucune résonance dans notre cerveau. Et pourtant, pour quelqu’un, même pour un autre qui ne parle ni cette langue ni la notre, ces mots signifient quelque chose.

Intéressante réflexion lorsqu’on se met à penser que notre propre langage n’échappe pas à la règle. Tous ces mots que nous connaissons, que nous utilisons sans y réfléchir depuis notre plus tendre enfance, ces mots n’ont pas plus de sens que les autres. Ce ne sont que des sons que nous prononçons et qui évoquent en nous des images ou des émotions. Comment sont-ils arrivés dans nos bouches, pourquoi tant de mots différents pour désigner les même choses et qui dressent entre les hommes des barrières parfois infranchissables?

 Qu’est ce que le langage?

Le marché aux puces de Berlin

3 Oct

Aujourd’hui nous sommes allé faire un tour au marché aux puces de Berlin, immense fatras de vieilleries, de jeunesse, de douce folie et de légèreté. Il y avait pour nous accompagner un grand soleil qui nous faisait oublier que les jours précédents avaient été si froids.

Le marché est évidemment un rassemblement d’une faune ultra variée, donnant une vue sur l’incroyable diversité des genres, l’extravagance caractérisée de la capitale germanique.

Il semble qu’il règne à Berlin une certaine liberté qui rend tout réalisable, tenant à l’écart des gens la peur et la retenue.

 Nous repartons demain, avec des sacs plus légers, que nous aurons moins de peine à porter que ceux que nous avons péniblement trainés jusqu’ici…