Une araignée au plafond

5 oct

En pénétrant dans ma salle de bain cette nuit, j’ai fait une terrible découverte. Légèrement repliée sur elle-même, effrayée par la lueur de ma bougie, une énorme araignée, fine et longue comme une faucheuse, se tenait entre moi et mes cabinets. On s’est regardé un long moment en silence, tout aussi interdite l’une que l’autre, se demandant s’il allait falloir s’entretuer ou pas. Alors que j’étudiais mes différentes possibilités de défense, m’est revenu en mémoire le discours que je tenais la veille à mon amie Meryem à propos de sa peur panique des inoffensives araignées ayant élu domicile dans la chambre.

lire la suite…

11-Septembre : se pose t-on les bonnes questions?

21 sept

Il y a dix jours on commémorait le dixième anniversaire du 11-Septembre.

Ce fut dans le monde entier l’occasion de ressortir les archives d’un événement que tout le monde ou presque à considéré comme une catastrophe exceptionnelle. Un attentat visant la population d’une grande puissance mondiale et tuant près de 3.000 personnes au total, dans une explosion de violence rarement égalée. Parce que la grande puissance en question en avait les moyens, la riposte fut quasi immédiate, provoquant en retour la mort de plusieurs milliers de personnes supplémentaires.

lire la suite…

Istanbul da ne var?

20 sept

Chers amis de la forêt,

depuis mon retour en Turquie tout s’est enchaîné assez rapidement et on peut le dire j’ai eu une chance inouïe.

Après être allé rendre visite à Vincent qui (pour ceux qui ne le savaient pas) enseigne à présent le français dans une école de langue privée, je suis donc rentrée à Istanbul pour y installer mon nouveau campement. Finie la vadrouille pour l’instant, place au calme tout relatif qui va de paire avec la vie sédentaire.

Pour m’aider à trouver mon petit nid douillet j’ai fait appel à la solidarité et à la générosité des Couchsurfers d’Istanbul. Cela fait donc bientôt une semaine que je vis chez Ozan et ses colocataires qui m’ont vraiment accueillie comme une amie et qui ne sont pas vraiment pressés de me voir repartir, surtout depuis qu’il ont découverts mes talents de cuisinière. Entre temps je n’ai pas chômé et j’ai trouvé un petit appartement dans le quartier de Tarlabasi, tout près de Taksim, ainsi qu’une éventuelle opportunité pour travailler en tant que traductrice. J’attends encore la réponse de ce côté là mais j’ai maintenant les clés d’un petit abris tout mignon qui sent le renfermé et l’humidité. Le quartier est vivant, la rue toujours pleine de gamins et de jeunes qui traficotent on ne sait quoi, les commerçants sont sympas et il y a tous les dimanches un marché très réputé qui prend place un peu plus bas (vous avez sur la photo, qui n’est pas de moi, un aperçu de mon nouveau quartier). Les deux personnes qui partagent l’immeuble avec moi sont un français et un anglais, tous les deux professeurs, qui m’ont souhaités la bienvenue chaleureusement.

Comme je le disais j’attends toujours une réponse pour la traduction mais j’ai aussi eu une proposition pour devenir prof de français et une autre, de ma propriétaire, pour garder ses deux bambins quelques heures par semaine et leur parler cette langue décidément très utile qu’est la notre.

Voilà pour le moment, dès que j’aurais un peu mieux aménagé mon intérieur vous serez, tous autant que vous êtes, les bienvenus chez moi. Démerdez vous pour ne pas venir tous en même temps il n’y a pas beaucoup de place non plus.

La bise

Réminiscence

9 sept

Après des mois d’absences, je vous poste les deux articles que j’ai écris pendant notre tour en Turquie. Il devait y en avoir d’autres qui semblent malheureusement perdus, soit dans les mystères insondables de l’informatique…, soit dans les méandres chaotiques de ma tête.

Après cela, nous passerons à autre chose, puisque c’est le cas, et que le voyage est officiellement mis en "stand-by".

Comme j’ai un peu triché et que j’ai mis les articles avec les dates où ils auraient dû être publiés en temps normal, voici les deux liens pour éviter que vous vous demandiez où ils sont.

Bursa

Bodrum

Vous remarquerez certainement l’absence notoire de photos pour ces deux articles. L’explication est très simple et vous sera donnée pendant votre lecture.

Concentré de route

17 juil

« There is no end to this story, no final blow or glory » Lhassa de Sela

=02.07.2011=

dans les rues de Fethiye à jouer de la musique comme on peut. Le rendement n’est pas énorme et le rendu assez cacophonique mais à force de pratique le groupe semble trouver une forme de cohésion…

lire la suite…

Louli louli

1 juil

Lalala, je passais par là et soudain je me rendais compte du temps que je n’avais pas passé sur ce blog!!

Incroyable ce qu’on peut mettre comme motivation à lancer un truc pour l’ignorer royalement quelques mois plus tard. Ce n’est pas faute d’avoir des choses à raconter mais vous savez, parfois, on a plus de choses à vivre que de temps pour les raconter.
Je promet que très bientot je vous raconterais comment se sont passés mes 6 mois à Istanbul et le mois chargé que nous venons de passer après avoir quitté la cité… Que d’aventures, que d’aventures!!

En attendant, portez vous bien, profiter du soleil tant qu’il y en a, je vous retrouve très bientot.

Clown

Middle East Rainbow

29 juin

après Bodrum nous sommes allés jusqu’à Fethiye. Sur la route, deux belges qui nous parlent d’une Rainbow. Pris en stop par un milliardaire qui nous invite à l’hôtel avant de nous laisser tomber. Nous restons finalement trois jours au MesaSuite.
Visite de la Vallée des Papillons.
En chemin pour la Rainbow nous retombons par hasard (et pour la troisième fois) sur les belges. Nous arrivons ensemble.

en français and in english

lire la suite…

Bodrum

20 juin

Après Izmir, nous sommes repartis en direction de Bodrum dont tout le monde nous avait dit beaucoup de bien "Bodrum? Ooh, çok güzel! (= Bodrum? Aah, oui! Ça vaut vraiment le détour.)" Nous pensions l’atteindre en une journée mais nous avons été pris en route par un camionneur qui, comme ils le font tous, s’est arrêté sur la route pour nous offrir un çay, puis un gözleme (… comment vous dire… ça se mange, c’est bon, c’est fourré à ce que vous voulez, essentiellement fromage), et puis on s’est mis à regarder la suite des aventures de Fatma Gül qui s’est fait violer par 5 types dans une série TV, puis celle d’un vieil ivrogne qui obtient tout ce qu’il veut en sortant des billets de 100 à l’infini de sa poche et repart en titubant. Quand nous avons finalement repris la route il faisait nuit et le type nous à proposé de rester dormir dans son camion et de reprendre la route le lendemain. Nous avons donc regardé un film avec Schwartzy, Mickey Rourque, Stalone et leurs copains, doublés en turc, tout en sirotant un petit whisky, avant de nous mettre au lit. A deux sur une couchette qui ne devait pas faire plus de 50cm de largeur, on a super bien dormis…

lire la suite

Bursa

9 juin

Il aura fallut du temps mais nous y voila, nous quittons Istanbul.
Pour reprendre la route en douceur, nous optons pour la solution facile : quitter la mégalopole en bus, puis en bateau pour traverser le petit bras de mer qui nous sépare de la route pour le sud du pays. Le soir même, nous arrivons à Bursa, capitale historique du pays du temps de l’empire Ottoman.
Comme on ne change pas une équipe qui gagne (et à ce jeu, nous sommes très fort) nous avons tout de suite ré adoptés la bonne vieille habitude qui consiste à ne chercher un logement que la veille pour le lendemain, en pleurant sur les bottes des Couch Surfers parce que nous n’avons pas pu faire autrement parce que la vie de routard c’est trop difficile et que les connexions internet ne se trouvent pas sous les roues des camions. Bref… On ne peut pas gagner à tous les coups, cette fois là personne n’a répondu à nos requêtes…

lire la suite

Nobody’s perfect

4 fév


Chers tous, mes confuses pour cette attente insupportable qui doit être la votre. Travaillant actuellement 6 jours sur 7 avec des horaires avoisinant les 11heures par jour, vous comprendrez que je tienne à passer mes temps libres… à dormir. Oui, voila. En ce moment précis, ayant fini ma dure journée de labeur, je vous écris depuis le fameux Dizzel, bar lounge-techno-house-funk au decors roady, pour ceux qui n’auraient pas eu la curiosité d’aller voir le site internet. Pour que vous puissiez vous figurer un brin l’atmosphère, laissez moi vous expliquer deux ou trois trucs, si ce n’est plus.

Comme vous devez vous en douter en ayant pris connaissance de mon emploi du temps, les conditions de travail en Turquie ne sont point du tout les même qu’en France, pour ce qui est de la Suisse n’en causont pas. Les 35h ça me fait bien marrer, comme je le disais à Tonio mon papa il y a peu c’est monsieur Sarkozy qui serait drôlement surpris ici, avec ses slogans de "travailler plus pour gagner plus"…

lire la suite…

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.